Dr. Otto Heinrich Warburg


Otto Heinrich Warburg est un médecin, physiologiste et biochimiste allemand. Il est lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine de 1931.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Otto_Heinrich_Warburg


Otto Heinrich Warburg

Dès les années 60, des recherches importantes furent conduites pour apporter à l’organisme de l’oxygène à travers l’eau. Ces recherches font suite aux travaux d’un Médecin Allemand, le Docteur Otto WARBURG.

Le Docteur Otto WARBURG – 8 Octobre 1883 – 1er Août 1970 – fils du physicien Emil WARBURG, fût un physiologiste Allemand. Médecin et lauréat du prix Nobel. WARBURG était l’un des principaux biochimistes du 20ème siècle. Il reçut le prix Nobel en 1931. Au total, il fût nommé trois fois pour le prix Nobel pour trois réalisations distinctes. C’est sans précédent.

SES PREMIERS TRAVAUX

Alors qu’il travaillait dans une station de biologie marine, WARBURG effectua des recherches sur la consommation d’oxygène dans les œufs d’oursins après leur fécondation et il prouva qu’après la fertilisation, le taux de respiration est multiplié par six. Ses expériences ont également prouvé que le fer est essentiel pour le développement du stade larvaire.

TRAVAUX SUR OXYGÉNATION ET CELLULES CANCÉREUSES

Warburg étudie alors le métabolisme des tumeurs et la respiration des cellules, notamment des cellules cancéreuses. En 1931 il reçut le prix Nobel de physiologie pour sa «découverte de la nature et le mode d’action de l’enzyme respiratoire». Cette récompense est venue après avoir été nominé 46 fois sur une période de neuf ans commençant en 1923, dont 13 ont été présentées en 1931, l’année où il remporte le prix.

L’HYPOTHÈSE DE WARBURG

En 1924, Warburg émis l’hypothèse que le cancer, les tumeurs malignes, et la croissance des tumeurs sont causés par des cellules tumorales générant principalement leur énergie – comme l’adénosine triphosphate/ATP – par une assimilation du glucose sans présence d’oxygène. Ce processus appelé glycolise, se termine par des processus connus comme la fermentation, ou la respiration anaérobie.

Ceci est un fonctionnement tout à fait inverse au fonctionnement des cellules «saines» qui génèrent principalement leur énergie par la décomposition oxydative du pyruvate. Le pyruvate est un produit final de la glycolyse, et est oxydé à l’intérieur des mitochondries.

Par conséquent, et selon Warburg, le cancer doit être interprétée comme un dysfonctionnement mitochondrial. 

 » Le cancer, comme toutes les autres maladies,
a d’innombrables causes secondaires.

Mais, même pour le cancer, il y a seulement
une cause première. Résumé en quelques mots,
la cause première du cancer est le remplacement
de la respiration de l’oxygène dans les cellules normales
de l’organisme par la fermentation du sucre. »

Otto H. Warburg

LE MANQUE D’OXYGÈNE DÉTRUIT LES CELLULES

Il y eu peu de travaux pour confirmer l’hypothèse de WARBURG. Cependant, un des élèves du Docteur WARBURG, le Docteur Harry GOLDBLATT, poursuivit ses travaux. Ses études au Rockefeller Institute ont confirmé que le manque d’oxygène détruit les cellules. Dans l’une de ses expériences sur des rats, il introduisit des cellules oxygénées à un groupe, et des cellules sous-oxygénées à un autre groupe.

Les rats qui reçurent les cellules oxygénées ont survécu, ceux qui reçurent des cellules sous-oxygénées développèrent un cancer.

UNIVERSITY MEDICAL CENTER WEXNER – OHIO STATE

Les conclusions de chercheurs du Centre University Comprehensive Cancer – Arthur G. James et Richard J. pourraient offrir une nouvelle stratégie pour inhiber la croissance tumorale par des agents qui inversent cette hypoxie. Leur étude se concentre sur la façon dont les cellules cancéreuses utilisent l’acide aminé glutamine, l’acide aminé la plus courante trouvée de façon libre dans le sang. Avec des niveaux normaux d’oxygène, les cellules saines utilisent la glutamine pour produire de l’énergie, seule une petite quantité est utilisée pour faire des lipides et des acides gras.

Mais lorsque les niveaux d’oxygène tombent dans les zones où les tumeurs grossissent, les conditions hypoxiques activent un gène appelé HIF1, gêne qui initie une voie qui éloignent l’utilisation de la glutamine de la production d’énergie et de la synthèse des lipides nécessaires à la prolifération des cellules.

Les résultats ont été publiés en Janvier 2014 dans la revue Cell Metabolism.

Source : https://www.sciencedaily.com/releases/2014/02/140204123615.htm

Pour aller plus loin, quelques liens

Commander un produit KAQUN

Découvrir l’étonnante eau de boisson KAQUN

Découvrir la technique par les bains KAQUN

Article : Vos cellules étouffent ! Oxygénéez-les !

Les études cliniques conduites avec l’eau KAQUN

Source : https://www.e-kaqun.fr/fr/content/48-les-travaux-d-otto-warburg

Apparait :